Les Lignes Droites – Les Humains

Capture d’écran 2016-11-07 à 11.18.16Les Lignes Droites est un groupe aux nappes grondantes et à l’univers électrique. Si les synthétiseurs sont assumés, l’intention rock est revendiquée. Les textes, écrits en français, sont des réponses ouvertes à des questions obsessionnelles, une fouille permanente. Groupe formé à Paris en 2013, Les Lignes Droites plaquent des sonorités froides, déploient des paysages nocturnes. Les Humains est leur premier album, dans la continuité de l’EP Pour que la nuit passe sorti en 2015. Le label La Souterraine propose au groupe de réaliser une Mostla Tape, compilation de morceaux ou reprises d’un artiste. Les Lignes Droites s’attellent à l’exercice, qui se transforme vite en un véritable album de 11 titres inédits et cohérents. La chanson Les Humains fait partie de la compilation Souterraine Vallée du Don, publiée en septembre. Les morceaux sont écrits, composés et produits à quatre mains par Bruno Ronzani (chant) et Mathieu Weiler (guitare), rejoints en studio et sur scène par Nicolas Mangione (batterie), GaLeo (claviers) et Bruno Pourtier (basse). En concert, les chansons explosent : aux architectures de studio, très construites, s’adosse l’énergie brute du live. A la croisée entre Nick Cave and the Bad Seeds, Bashung et Kraftwerk, les morceaux n’utilisent pas exclusivement les formes pures du rock, mais empruntent à la chanson française, à la pop, à la cold wave. Les textes, mélancoliques, décrivent les rapports humains à l’ombre de la société de consommation et de la ville. Les visions cauchemardesques se superposent à l’hypertechnicité, la science, ses prêcheurs en transe. On entre dans l’album comme dans une machine. On y circule au milieu de lumières blafardes. Le corps des humains se transforme, se mécanise. La disparition raconte l’effacement de l’individu sur un air de pop glacée puis les synthétiseurs, implacables, avancent dans un monde apocalyptique, renversé. Sur ce champ de poussière il ne reste plus qu’à faire l’autopsie du mal, où l’infime trace de réponse réside dans quelques pleurs de guitare. Au tournant du disque, des

corps s’unissent dans une atmosphère plus intime, confi née, quotidienne, sur des claviers amers. Lumières moins crues : dans les miroirs déformants, les réfl exions sont illusoires. Les guitares tranchantes, les distortions et les voix parlées marquent un retour violent au réel. L’album s’achève sur Les humains II, morceau acoustique qui reprend la même forme que le premier. Mais le ton est différent. Le narrateur aussi est un humain comme les autres.

tracklist
Infos release
album :
format :
Date de sortie : //
référence :
Genre :
label :

acheter
medias